La Cuvée Grenobloise 2018 est de sortie aujourd’hui. Une 17e édition déjà pour ce dispositif local géré par Retour de Scène-Dyamusic visant à promouvoir la création musicale de par chez nous. 95 candidatures reçues pour 14 retenues : parmi eux, des déjà-vus, des petits nouveaux, des anonymes encore. Débrief sur quelques noms de cette nouvelle édition qui se verront bénéficier d’un coup de projecteurs sur leurs projets … qu’ils soient déjà connus du public ou pas encore.

 

Ceux qu’on n’attendait pas

La Cuvée grenobloise nous réserve comme chaque année son lot de petites surprises.

Parmi ces nouveautés, on note l’arrivée du projet tout neuf La Marine avec le titre « Silence silence ». Déjà remarqué lors de sa prestation aux côtés de Miss Kittin à La Belle électrique le 23 décembre dernier, le trio grenoblois propose une musique électronique envoûtante aux sonorités aquatiques. Prometteur, le projet est compté parmi les petites pépites découvertes lors de cette édition. Mais il n’est pas le seul.

Dans un style tout à fait différent, situé entre l’électro, le punk et le rap, Bleu russe s’immisce sur la Cuvée avec le titre « Flaque de stress » après avoir écumé les salles de la ville ces derniers mois. David Litavicki ne mâche jamais ses mots et ne nous déçoit pas sur ce titre énervé pour nous parler de la société actuelle 2.0. Il y a tout juste un an, Music’n’Gre l’avait rencontré pour parler de son premier album Pigeon. Le 3 février sera l’occasion de le (re)découvrir aux côtés de Julie Bally -également winner cette année – pour un concert de promotion au Coq-Tail.
 

bleu russe - musique grenoble - scene locale grenoble - scene locale - punk rap - punk grenoble - cuvee grenobloise - cuvee grenobloise 2018

Bleu Russe à l’Heure Bleue

Produit par ODG prod, Sumac Dub mêle quant à lui des sonorités électroniques et mélodies acoustiques pour proposer un dub posé, parfois mélancolique et parfois joyeux. C’est avec « Blundub », un titre plein d’énergie composé d’une musique électronique et d’une touche de guitare, que le groupe fait son apparition sur cette cuvée éclectique. Sumac Dub est à découvrir d’ailleurs aux côtés de BeO dub project le 11 mars 2018 à l’Ampérage pour une double release party. 

Mais ces trois groupes ne sont pas les seuls petits nouveaux de cette Cuvée 2018. Le trio grenoblois de rock acoustique Pelouse a sorti son premier EP fin 2017 et se retrouve déjà sur cette sélection 2018 aux côtés d’autres nouveautés telles que Mom’s i’d like to surf et Just talk, un petit bijou folk découvert lors de cette édition.
 

Ceux qu’on n’attendait pas … encore

Dire que Piero Quintana n’est pas un nouveau venu sur la scène grenobloise est encore trop faible pour n’être qu’un euphémisme. Activiste de la musique depuis une bonne vingtaine d’années avec ses différents projets (Quintana Roo, Liga Quintana, Quintana en solo depuis 2011 avec à la clé trois albums),  mêlant toujours habilement ses influences rocks avec un goût prononcé pour les sonorités froides et plus électros, c’est avec le titre « Hell Again » que Quintana participe à cette édition de la cuvée.

Dans la droite lignée des Depeche Mode période « Personal Jesus » dont il avoue lui même l’influence majeure, Piero nous livre un titre à la structure simple et au rythme binaire mais qui réussit à tirer son épingle du jeu grâce à une voix pleine de conviction et un savoir faire certain pour relancer la machine, par un refrain ou un pont bien amené et efficace. Quintana fait tout tout seul mais l’expérience parle pour lui et c’est une valeur sûre de cette édition.

 
arash sarkechik - cuvee grenobloise - cuvee grenobloise 2018 - scene locale grenoble - musique grenoble
 

Arash Sarkechik, quant à lui,  est de ces musiciens que l’on voit dans de multiples projets accompagnant les autres dans de multiples genres et instruments (Emzel Café, Shaady, Kalakuta Orchestra, Big Ukulele Syndicate) et dont l’on découvre finalement qu’ils se suffisent également à eux – mêmes. C’est avec le projet portant simplement son nom que l’artiste grenoblois participe cette année à l’édition.

Son titre « Puisqu’au final » mêle rythmes lancinants aux sonorités orientales avec un riff de guitare hypnotique, le tout chapeauté par un chant assez linéaire mais jouant habilement avec les mots. Le refrain joue sur le contraste par une mélodie aérienne sans paroles soutenue par une nappe musicale pleine de reverb. Le morceau donne envie d’en entendre plus et c’est aussi le but de cette sélection, qui réunit également les projets déjà connus également du public grenoblois tels que Deyosan, YBlues, ou encore Quai d’Orsay, en showcase à la Fnac ce mercredi 31 janvier.

 

Ceux qu’on attend de voir sur scène

Deux noms de cette Cuvée demeurent, quant à deux, des inconnus des salles de concert.

Affirmant vouloir « parcourir les ambiances nocturnes » avec un premier EP « Into The Night » (dont nous ne connaissons à l’heure actuelle que le titre planant « Closer to the Sun », sélectionné sur cette Cuvée grenobloise 2018), Spaarks reste encore un projet dans l’ombre. Il réunit pourtant des visages connus de la sphère locale, dont notamment celui de Quentin Faverger, issus des projets tels que FILL ou encore plus récemment en solo, FAV.

« All », un morceau issu du projet FILL dans lequel il chantait et jouait de la guitare, avait déjà été retenu pour représenter les talents de la ville pour la Cuvée Grenobloise 2016, et n’avait pourtant débouché sur aucune scène. Le projet FAV, quant à lui, s’est donné en public pour la première fois au café-théâtre « Au Petit 38 » jeudi dernier dans une ambiance très intimiste.

S’investissant dans divers projets musicaux demeurant en somme plutôt discrets, nous sommes donc dans l’expectative concernant Spaarks, un nouveau projet orienté électro synth-pop cette fois-ci. Un showcase à la bibliothèque du centre-ville le mercredi 7 février à 18h est pourtant prévu afin d’exposer pour la toute première fois ce nouveau travail, qui, nous l’espérons, restera proche du public par la suite.

 

spaarks - electro grenoble - scene locale grenoble - groupe musique grenoble - musique grenoble - quentin faverger - FAV - cuvee grenobloise - cuvee grenobloise 2018

Le duo de Spaarks

Mais Spaarks n’est pas seul à se dévoiler lors de cette Cuvée 2018. No Tearzqui a sorti un EP il y a quelques mois nommé « Vomit », continue tranquillement ses covers étonnantes sur YouTube pour le moment, mais n’a jamais foulé les planches d’une salle de la ville. Le duo fera sa première apparition sur scène le jeudi 1er février lors de la release Party de cette Cuvée au Prunier Sauvage.

Sélectionnés pour leur titre sincère et hypnotisant « Si tu savais », ils nous feront donc le plaisir pour la première fois de dévoiler sur scène les textes bruts, intimes et mélancoliques issus de cette première production dans une ambiance, nous l’espérons, aussi intense que leurs chansons. Histoire de voir en vrai l’alchimie crée par l’alliance de ce Jérèm à la basse/guitare et de Wanda au chant, accompagné d’un certain Hugo au Synthé… incarnant l’un de ces nombreux groupes émergents de notre belle scène locale.

 

cuvee grenobloise 2018 - cuvee grenobloise - scene locale grenoble - musique grenoble - retour de scene dynamusic