Jonas du duo rap grenoblois Livio & Jonas devient $ANJI, avec la volonté affichée de prendre en maturité et de se rapprocher toujours plus d’une manière authentique et détendu de vivre le rap. « 10 bis », un mini-EP sorti le 10 Février sur les plateformes, marque ce tournant et nous donne l’occasion d’une interview pour en savoir plus sur ces ambitions masquées.
 

Depuis ce début 2021, tu es revenu sur les plateformes avec un nouveau nom : 6anji. Tu as sorti deux titres (« Subaru » et « Bizness ») qui annonçaient un nouvel mini-EP, « 10 bis », sorti le 10 février : quelle est la direction artistique de ce qui semble être un nouveau projet pour toi ? Peux-tu nous en parler un peu ?

Cela fait un bout de temps que je cherche à comment revenir de façon différente de tout ce qu’on peut voir actuellement. Une sorte de petit volet d’une grande série qui se prépare. Ces 4 titres sont prêts depuis Juin dernier, ce qui m’a laissé le temps de bosser sur autre chose.

« Rosé Pamplemousse » s’apparente à un coup de gueule face aux nombreuses soirées pas ouf qu’on a passées étant plus jeunes, et donc du pire alcool de ces premières fêtes.

« Bizness » est plutôt un second degré vraiment très poussé : faire le gangster pour rire jusqu’à en faire un son sérieux, c’est encore plus marrant. S’immiscer dans un personnage le temps de 2mn30’ Garry, que je vous laisserai découvrir !

 

Tes premières apparitions sur la scène locale grenobloise datent de 2018 en tant que « Jonas et Livio » (notamment avec « Agilité et souplesse », « Moshi » et « Zeste ») : que retires-tu de cette expérience et quel a été le chemin parcouru depuis ?

Nous avons eu la chance de faire plusieurs concerts pendant cette période, c’était vraiment chouette. Le petit “succès” lycéen d’Agilité & Souplesse nous l’a permis.

Mais après moultes réflexions à propos de notre duo, et de ce qu’on voulait vraiment faire dans la musique, nous avons décidé d’arrêter ce nom Jonas & Livio mais continuer à bosser ensemble.

Ce fût un très bon choix et cela nous a permis d’enlever ces frontières de “groupe”.

 

 

Que souhaites-tu conserver de ce premier projet et que souhaites-tu améliorer ?

Je pense que notre projet le plus abouti est sans aucun doute « Zeste », 4 morceaux, une jolie continuité qui, à mon sens, marchait super bien, et encore aujourd’hui d’ailleurs.

J’essaie maintenant de toucher les gens, non plus par de la technique rap pur et dur comme quand on avait 15 ans, mais plus de se questionner sur comment faire ressentir aux gens qui m’écoutent les sentiments que je mets dans mes écrits.

 

Livio & Jonas semblent toujours aussi inséparables : êtes-vous toujours aussi complémentaires aujourd’hui ? Quelle est votre manière de travailler ensemble ?

Toujours !! Nous essayons de faire quelques résidences par an pour créer et ça fonctionne vachement mieux comme ça. Notre manière de travailler n’a peut-être pas beaucoup évolué. Mais maintenant Livio me dit clairement quand il aime pas, et vice-versa.

Je choisis les instrus qui me touchent le plus, et avant d’écrire, je me demande si ma voix est un élément qui apporte quelque chose ou non. Je n’écris plus beaucoup en amont, comme avant. Maintenant je me mets devant le micro, de préférence seul, j’écris au fur et à mesure que j’enregistre, et ça marche très bien comme ça.

 

 

As-tu de nouvelles inspirations musicales / esthétiques pour ce projet ? Quels sont les sujets que tu as le plus envie d’aborder dans tes textes ?

Pour 10 bis, les inspirations sont toujours très rap à vrai dire. Mais j’ai déjà hâte de sortir la suite, qui est mon sens, la vraie musique que je veux partager, beaucoup plus contemplative, de “tête contre la vitre du train” comme on aime dire avec Livio mais on aura le temps d’en reparler !

 

Quelles sont les meilleures choses que l’on peut te souhaiter pour cette année 2021 ?

Ahaha, je ne sais pas, de toucher plus de monde avec la musique que je propose, de rester en bonne santé et ne plus avoir l’esprit embrumé.

Merci à vous.

 

 


 

♦ Écouter « 10 Bis » :
 


 

error: Contenu protégé !