Synapses, c’est un peu comme la bande de cire chaude qu’on nous étalerait là sans prévenir : il est possible que ce soit douloureux. Ce groupe de metalcore grenoblois en pleine montée en puissance surfe actuellement sur la vague de leur 1er EP fraîchement sorti fin novembre, « A l’Aube d’une ère ». La leur ?

Après des scènes comme celles du festival Tatagash à la fin de l’été, ou les nombreux show survoltés à l’Ampérage cette année ou ils ont pu par exemple, assurer la première partie de ETHS, Synapses vient enfin d’assurer la release party de son premier album. Cette bande de potes qui hurle en français des paroles à légère tendance prophétique dans leurs micros sont une nouvelle référence de la ville en matière de musique hard.  Revendiquant un style hybride Électro-métal, ils nous dévoilent ici le fondement de cette forte identité.

 

Il y a d’abord eu des concerts remarqués, puis le clip « Le poids des cartes » franchement apprécié par la scène locale, et enfin  cet EP qui fait beaucoup de bruits (à prendre au sens littéral du terme également)… Mais on voudrait savoir : comment est né Synapses ? 

Le groupe est né il y a deux ans de la volonté de deux potes, Frank et Franck, de jouer un Metalcore moderne dans sa construction et sa technicité sans pour autant renier le groove et l’efficacité de leurs influences plus classiques.

Rapidement, ils sont rejoints par le reste du groupe : Flo, Pierrot et Clément. Chacun apportant une culture musicale différente. L’ajout de synthés et de samples permet de singulariser chaque production, en piochant à chaque fois une inspiration différente dans le large spectre de la musique électronique (Drum’n’bass, Dubstep, Breakcore, Electronica…). Nous sommes ouverts à beaucoup de styles, c’est ce qui fait la richesse du groupe.
 

synapses - synapses concert amperage - groupe metalcore grenoble - metalcore
 

Au milieu de toutes ces influences, c’est pourtant l’électro qui visiblement ressort le plus de votre musique… Comment se mêle-t-il à vos compositions, d’où vient cette originalité « hybride » qui fonde votre identité ?

Beaucoup de petits groupes de métal utilisent l’électro aujourd’hui, mais peu le joue réellement en live. La plupart d’entre eux programment une backtrack qui vient ponctuer leur set. C’est déjà super cool, mais il manque quelque chose pour rattacher ces sonorités à la performance scénique.

Notre idée, c’était d’avoir quelqu’un aux machines qui puisse jouer sur ses synthés/contrôleurs afin de faire partie intégrante du show et de la musique. On trouve beaucoup plus de similitudes dans l’Electro et le Metal qu’on pourrait le penser, et c’est passionnant d’explorer ces domaines.

 

D’ailleurs, pourquoi ce choix de conserver la langue française dans la composition des textes ?

C’est notre langue natale et ça nous a paru naturel de l’utiliser. Au final ne devrait-on pas plutôt s’interroger quand un groupe en utilise une autre ?

Okay, c’était un peu de la provocation cette phrase, mais en tout cas nous estimons que le français est suffisamment riche et beau pour pouvoir s’amuser avec, et ça fait toujours plaisir quand tu es à un concert et que tu reconnais certains mots, même s’ils sont hurlés…

 

synapses - synapses concert amperage - groupe metalcore grenoble - metalcore« À l’aube d’une ère où le sang

N’a même pas la valeur du ciment

Où l’argent est clé-mère du vivant

Et orchestre la détresse du néant »

(A l’aube d’une ère)

 
 

Quelles sont vos influences metalcore nationales / et de la scène locale également bien sûr ?

On s’inspire vraiment de groupes comme Architects, Meshuggah, Enter Shikari, The Browning, Tool… Pour les groupes français, ça se rapprocherait plus de Smash Hit Combo, Eths, The Arrs, Rise Of The Northstar, The Algorithm, My own private alaska, Hypnose.

 

Les membres de Synapses, dites-nous, ou est-ce qu’on risque de les croiser à Gre ?

A l’Ampérage, car on adore les concerts et les soirées Électro. Au Mark XIII, car il y a souvent de bonnes soirées et de la bonne musique. Au Ciel, car on y répète.

Et le cul dans la neige, quand il y en a, car on est pas des “Grelous” pour rien !
 

Venons-en maintenant à votre EP, « A l’Aube d’une ère », sorti fin novembre. Comment s’est déroulé le travail de composition et l’enregistrement ? Il est un peu spécial, avec ces 4 derniers titres de l’album qui sont des versions mixées de certains morceaux…

Nous avons enregistré ces titres avec Sébastien Arnaud, le mec qui avait déjà participé à l’enregistrement du “Poids Des Cartes” il y a quelques mois. Cette fois c’est Eddy Dorigny, de notre label FromTape Records qui a fait le mastering.

enregistrement-ep-synapses-aube-ere

Sebastien étant sur Lyon, c’était vraiment pas évident de concilier les emplois du temps de tout le monde, et la première expérience studio d’un groupe est toujours une épreuve. Mais on est vraiment satisfait du résultat et on remercie Seb et Eddy pour leur patience.

Comme chaque morceau de l’EP incorpore des influences Electro différente, nous avons demandé à des DJ de remixer chacun de ces morceaux dans le style nous ayant influencé, afin de pousser le délire “Metal-Electro” encore plus loin, et de le transformer en “Electro-Metal”.  Ils ont vraiment assuré et ça apporte beaucoup à notre EP…
 
 

Vous avez dernièrement exposé votre bébé sur la scène de l’Ampérage pour une release party qui a plutôt bien secoué le public. Pouvez-vous revenir sur l’évènement ?

Nous venons d’enchaîner deux release-party en réalité : une à l’Ampérage avec Landmvrks, et une au Mark XIII (le bar grenoblois, ndlr) en compagnie de certain DJs qui ont remixés nos morceaux.

La première était l’occasion de présenter l’EP en live et de se faire plaisir avec un beau plateau metalcore comme on les aime. On a passé un super moment et le public a bien réagi, notamment sur “À l’Aube D’Une Ère”, qu’on a joué dans sa version originale, puis dans sa version remixée en incorporant les parties créées par Mr Cardboard a été très bien reçue.“Le Poids Des Cartes” marche toujours, et ça fait plaisir de voir que le public commence à bien la connaître. Enfin, “La Horde” a fait son effet aussi, c’est un nouveau morceau qui n’est pas sur l’EP et qu’on a hâte d’enregistrer !

La seconde soirée était au Mark XIII et nous a permis d’inviter les Sleepy Head’s, un duo de DJ qui ont passé les 4 remixes présents sur le CD (dont le leur) ainsi qu’un dj-set Dubstep/Metal bien violent. C’était vraiment sympa car nous étions entièrement disponibles pour discuter et échanger autour d’une bière étant donné qu’on ne jouait pas. C’était aussi une façon de remercier les 4 artistes pour avoir pris part au projet.

 

synapses - synapses concert amperage - groupe metalcore grenoble - metalcore

 

Le clip « le Poids des cartes » a tout de même eu son petit succès… A quoi faut-il s’attendre pour la suite ? Un autre est-il en prévision sur un autre titre de l’EP ?

Il y a effectivement un clip de prévu pour le titre éponyme de notre EP “À l’Aube D’Une Ère”… Il devrait sortir vers le mois de mars, et on a hâte de le tourner car le premier était vraiment fun à faire ! Une partie de la team du premier clip sera présente, donc ça promet de bons moments et un résultat à la hauteur de nos attentes.

En attendant, nous avons fait une captation vidéo de la release-party et nous allons sortir ce montage de live très prochainement.

► Retrouvez les à Auxerre le 25 mars prochain pour assurer la première partie de AqME… Mais avant cela, le 12 Janvier à l’Ampérage en compagnie de Titans Fall harder (pour leur release party), nouveau groupe local se rapprochant du style de Synapses. A noter dans vos agendas!

 

Retrouvez Synapses sur :

 

*Toutes les photos live de l’article : Magali Laroche.

error: Contenu protégé !