Le samedi 2 Juin, la Place Lavalette de notre chère Grenoble sera animée par les « cinq arts vivants » choisis par l’équipe du Noise Fest’. Petit zoom sur l’initiative de cinq étudiants. 

 

Noise Fest’ : le défi d’un festival « multi-artistique »

 
Né dans l’esprit de cinq étudiants grenoblois et chambériens le Noise Fest’ souhaite dès le lancement de sa première édition s’affirmer comme un festival « multi-artistique et libre ». Concentré sur une seule journée (le samedi 2 juin de 13h à 23h), celui-ci souhaite représenter pas moins de « cinq arts vivants », parmi lesquels figurent fièrement, à côté de la musique, la danse, le cirque, les arts visuels ainsi que les « soundsystems », comptés à part des concerts.

 
noise fest' - noise festival - festival grenoble - festivals grenoble
 

Jouant la carte de l’éclectisme, le Noise Fest’ ne réserve donc pas le coup de projecteur aux groupes de musiques. Cependant, ceux qui fouleront les deux scènes prévues pour l’événement seront tous locaux. Parmi eux, Les Leprechauns, Omar et mon accordéon, The Moan Roads, le collectif du Wazacrew, Ris-K Shotgun et Oxen Testu, faisant un joli cocktail de musiques festives et engagées. Ainsi, le désir d’accueillir « différents organismes et associations » pour « toucher un maximum de publics différents » est déjà rempli avec la diversité des genres musicaux proposée ici.

 

Une première édition qui compte sur vous

 
« Basé sur un système de volontariat et de bénévolat au sein même de son organisation », le projet promet que « chaque artiste, partenaires et membres de l’organisation viendront assurer leurs prestations bénévolement, afin de proposer la gratuité à l’ensemble du public. » C’est ainsi que le Noise Fest’ souhaite « faire passer un message » : celui de prouver que l’on peut créer un festival entièrement gratuit et ouvert à tous.

 

noise fest'

Equipe Noise Fest’

Si le Noise Fest’ accorde une très haute importance à l’accessibilité et la gratuité de ses événements, certains frais ne sont néanmoins pas inexistants pour la mise sur pied sereine du festival. C’est le cas par exemple du défraiement des artistes faisant le déplacement, ou bien même le paiement de la caution pour le matériel sonore.

C’est ainsi qu’une campagne de financement participatif a été mise en place, dont il reste 19 jours au compteur si le cœur vous en dit. En tout cas, elle-ci semble être en bonne voie…