Aussi étonnant que cela puisse paraître, le concert de Disiz la Peste prévu à la Belle Électrique le 1er février n’était pas Sold Out. Pourtant, c’est devant une foule électrisée par la prestation de L’Apprenti en première partie et l’attente d’un des rappeurs français les plus reconnu de sa génération qu’a débuté le concert.

 

Pour ceux qui seraient entièrement étranger au rap, il faut bien comprendre une chose : Disiz est un géant du rap francophone. Après bientôt vingt ans de carrière, c’est un artiste unique dans le paysage français, avec un flow, des mélodies et des propos reconnaissable entre mille. En bref, Disiz, c’est des hits, des récompenses, une reconnaissance critique et commerciale, des livres, des films, un univers en constante progression qui fait de lui un des rappeurs iconiques de la scène rap, du début des années 2000 à aujourd’hui.

Alors, vous comprendrez sans soucis, que la foule qui se trouvait dans la fosse était excitée, assez pour que Disiz sorte du line-up habituel et offre au public de la Belle un inédit, un morceau qui devra (hélas) attendre la sorti du prochain album pour une nouvelle écoute.

C’est devant ce public, déjà prêt pour passer un concert unique, que s’est produit l’Apprenti, et ce fut un beau moment. Je ne connaissais pas l’Apprenti avant d’assister à ce concert, et ce fut une découverte très intéressante.

 

 

A travers sa première partie, on a pu sentir un artiste aux influences diverses et qui apprécie le mélange des genres. Peut être plus chanson française que rap, l’artiste de la scène grenobloise pose un flow lent, calme et maîtrisé, sur des loops minimalistes et souvent assez originales.

 

 

Le reggae résonne comme une influence forte pour le rappeur, une influence  qui s’entend dans sa voix, ses mélodies et son flow. Parfois proche des Fugees, souvent plus proche du reggae traditionnel à la manière de Bob Marley.

 

 

N’étant pas forcément très sensible aux styles reggae dans le hip-hop francophone, me sentant plus proche d’IAM que de Raggasonic, il faut reconnaître que je n’étais pas forcément le public cible de la prestation. Mais ce fut tout de même un première partie vraiment agréable …