Ce matin, à la Belle Électrique, se tenait la conférence de presse dédiée à la deuxième édition du festival Holocène, qui aura lieu du 27 février au 3 mars 2018. Sylvain Nguyen, directeur du nouveau festival grenoblois, a alors tranquillement exposé les ambitions d’un Holocène #2 s’annonçant plus condensé, précis et audacieux, mais toujours aussi près de la scène locale … avec laquelle il met d’ailleurs sur pied des projets « métal ». Focus !

 

Un festival qui veut préciser son identité

La première édition du festival, qui a pris possession de la ville et d’un certain nombre de ses sites culturels il y a quelques mois (du 2 au 11 mars pour être précis), semble être plutôt une réussite pour un lancement. Le sourire de Sylvain Nguyen en dit long sur ce succès, tout comme ce chiffre énoncé : 12 000 entrées sur plus de 7 concerts. Celui-ci se réjouit d’une « bienveillance du public » malgré les « les imperfections que peuvent exposer une première édition ». L’organisateur se félicite donc d’un « fort potentiel de développement », nécessitant cependant des axes d’améliorations pour affirmer l’identité du festival.

Première surprise, le festival ne s’étalera donc plus sur deux semaines comme ce fût le cas la première fois. Cette nouvelle édition se verra resserrée sur une période de quatre jours, pour un « festival plus dense » , afin de provoquer « davantage d’impact ». Une chouette idée qui évitera à Holocène de s’étendre à nouveau sur des journées parfois « vides » de concerts, en permettant au projet d’affirmer son identité avec une période plus définie.

logo - festival holocene - festival grenoble

Nouveau Visuel #2018 du festival Holocène

L’autre grand changement, c’est l’introduction d’un second producteur : « Allo Floride », co-producteur de la soirée électro phare du festival en mars, Crossover Winter. On imagine sans difficulté un Holocène plus assuré avec cette collaboration, qui lui permettra d’améliorer notamment « les mises en scènes et l’aspect visuel » des spectacles.

La programmation artistique, quant à elle, semble vouloir se préciser. Remarqué pour sa trop grande volonté d’éclectisme lors de sa première édition, – Sylvain Nguyen évoque une « trop grande diversité musicale l’année dernière » – le festival souhaite désormais « se concentrer sur des styles plus précis » dans le registre des musiques actuelles, piochant toujours au sein des têtes d’affiches du moment. Ce qui ne l’empêche pas de renforcer son lien avec la scène locale, qui détient depuis sa première édition une place de choix au sein de la programmation.

 

Holocène 2018 : plus près de la scène locale … métal ?

Comme Sylvain Nguyen nous l’avait si bien évoqué lors de notre interview du 27 février 2017, son cœur reste à Grenoble. Il scella au lancement du festival un partenariat avec Retour de Scène – Dynamusic, pour définir les premières parties grenobloises, ce qui a permis aux groupes locaux tels que Cash Misère, Charlie’s Frontier Fun Town, Julie Bally, ou encore The W Band de partager l’affiche avec de grands noms. On se souvient encore d’ailleurs de la soirée de clôture du festival « Burning Doudoune », dédiée à la scène locale… Avec un plateau rock/métal par ailleurs assumé.

Cette volonté d’impliquer les acteurs locaux s’est confirmée ce matin, avec l’annonce du maintien de la collaboration avec Retour de Scène – Dynamusic. La nouveauté, alors ? La volonté de « faire un pas vers la scène métal », grâce à un nouveau partenariat avec Metallian Productions cette fois-ci, organisateur de concerts métal phare de Grenoble. Un penchant qui se confirme alors, et se concrétisera par le joli plateau proposé à la Belle Électrique le jeudi 1er mars avec Cannibal Corpse, The Black Dahlia Murder et In Arkadia. Deux classiques du Death Metal et pour le coup, un groupe local de blackore lyonnais qui semble avoir bien tracé sa voie, partageront donc cette scène annoncée pour l’occasion.

 

festival holocene 2018 - petit biscuit - feder - fakear - neelix - boris brejcha - cannibal corpse - festival grenoble Si Sylvain Nguyen a annoncé le désir d’introduire « progressivement le métal dans les programmations », avec la volonté notamment d’y faire produire les groupes de la scène locale, nous ne connaissons donc à l’heure d’aujourd’hui que ces noms assez connus du genre à l’affiche du festival. Affaire à suivre donc …

En tout cas, il est plutôt marrant de voir trôner le nom de Cannibal Corpse aux côtés des têtes d’affiches qui représenteront l’électro au festival (comme Petit Biscuit, Feder, Fakear, Boris Brejcha mais aussi Neelix et le Bask, -des pointures de la Transe et de la Hardcore-, pour la soirée électro du 3 mars 2018 notamment). Sur la question de l’éclectisme, nous disions … ? Prometteur tout de même !

 

Site internet du festival Holocène

Lien de la pageFacebook, pour suivre le détail de la programmation