Trois artistes, trois ambiances différentes : c’était le pari de Retour de Scène – Dyamusic qui a organisé la soirée « La Cuvée fait la Belle » à la Belle Électrique ce jeudi 20 septembre. Le rock de Julie Bally, le métal de YBlues et le dub de Sumac Dub se sont donc enchaînés sur les planches de la salle, ne laissant pas nos grenoblois curieux indifférents aux talents issus de la Cuvée Grenobloise 2018

 

Tandis que Julie Bally joue dans la cour d’un rock 90′ épuré et intimiste ponctué de milles expressions théâtrales, YBlues tape fort du poing dans un bar western qui sent la sueur. Sumac Dub, lui, aime sortir tranquillement son violon au milieu de forêts tropicales imaginaires …

Autant dire qu’il était difficile pour Retour de Scène – Dynamusic de fédérer un public fidèle d’un style en particulier autour de l’événement. Il était même possible que celui-ci se fasse plutôt discret, la scène locale n’étant pas le genre de programmation de la Belle Électrique.

Le début de soirée s’annonçait d’ailleurs plutôt timide… laissant pourtant apparaître un public concentré, voir même introspectif, avec l’ouverture du duo formé par Julie Bally.

 

Un public attentif devant Julie Bally © Marion Gueydan

Ouvrant le bal, Julie bally -et son bassiste- ont donc présenté les titres de « Where Happiness Born », mais aussi quelques nouveaux morceaux, au synthé notamment. Un peu plus « pop », la jeune chanteuse a donc semblé annoncer une aventure à venir vers des terres moins rock et sauvages, au grand plaisir/désarroi de certains, mais dans une présence scénique toujours aussi remarquée, avec une interprétation toujours plus poussée.

 

 

La salle s’est littéralement métamorphosée au moment de l’arrivée de YBlues sur scène. L’énergie était au rendez-vous pour répondre aux différentes sollicitations healthy du groupe (comme verser une bouteille de Jack dans les verres de bières du public) ou réussir à suivre des yeux l’infatiguable bassiste qui courait d’un bout à l’autre de la scène comme une jeune gazelle prise pour cible.

Le groupe, très en forme, a donc ensuite réchauffé la Belle Électrique avec son métal particulier apprécié des curieux : « J’aime bien, voilà, ça c’est différent ! » criait une dame derrière moi avant d’ajouter  » Demain, c’est mon premier jour officiel de retraite, et je vous emmerde! ». Public certifié grenoblois.

 

yblues - metal grenoble - belle electrique - cuvee grenobloise 2018

Beaucoup d’énergie dans le concert de YBlues ce soir-là © Marion Gueydan

Le dernier artiste, Sumac Dub, n’a pas été placé là par hasard : son dub efficace agrémenté de morceaux de violons était irrémédiablement fait pour conclure la soirée dans une ambiance résolument sympathique grâce à des jeux de lumières intéressants et la qualité de son reconnue de la salle. De quoi réunir un maximum de jeunes près des barrières pour remuer les gambettes …

 

Malgré le pari audacieux – mais plus qu’essentiel – de faire produire les artistes de la scène locale dans une salle aux si bonnes conditions scéniques, la magie a donc manifestement opérée ce soir-là à la Belle Électrique. Les quelques troupes de curieux se sont rapidement transformés en foules avides de guitares, puis de basses lourdes, donnant aux artistes grenoblois le soutien dont ils méritent.

 

 

Album photo 1 Album photo 2