Warning: is_dir(): open_basedir restriction in effect. File(/plugin-templates/login-with-ajax/) is not within the allowed path(s): (/home/users3/o/otm8427:/home/temporaire/upload/otm8427:/home/temporaire/sessions/otm8427:/tmp:/dev/urandom) in /home/users3/o/otm8427/www/Musicngre/wp-content/plugins/login-with-ajax/login-with-ajax.php on line 691

Warning: is_dir(): open_basedir restriction in effect. File(/plugin-templates/login-with-ajax/) is not within the allowed path(s): (/home/users3/o/otm8427:/home/temporaire/upload/otm8427:/home/temporaire/sessions/otm8427:/tmp:/dev/urandom) in /home/users3/o/otm8427/www/Musicngre/wp-content/plugins/login-with-ajax/login-with-ajax.php on line 721

Sur le papier, c’est un quintet : deux guitares, deux basses, une batterie, du chant. La formation la plus occidentale, basique et vue depuis les années 60. Mais dans les oreilles, Tigadrine sonne le Sahara.

 

Tigadrine, c’est la musique qui fait voyager depuis Grenoble vers le sud du Maroc en fournissant l’aller-retour. Leur méthode : une formation blues, rock, funk renforcée d’ un répertoire musical ancestral de la région de l’Oued Noun. C’est du blues du Désert. On en entend parler depuis quelques dizaines d’années avec des groupes emblématiques tels que Tinariwen, Bombino et autre Imarhan.

 

Le blues du désert

Pour la minute pédagogique, sachez que « Ce style, dit Assouf, est né dans les années 80 sur le continent Africain. Le blues du désert ou blues touareg est un genre dérivé du blues. C’est la musique des ishumars (en français « chômeur »), c’est-à-dire de la génération de Touaregs qui a connu la sécheresse, l’exil, puis les camps d’entraînement en Libye dans les années 1980-1990. En tamasheq, Assouf, signifie la nostalgie, la solitude, tout ce qui évoque l’exil et la perte d’identité. Style unique, mélange de musique moderne (blues, rock entre autres…), de musique arabe et de musique traditionnelle touareg, qui parle aussi bien d’amour et d’honneur, que de politique et de faits guerriers, qui nous porte vers l’inconnu avec délice et envie. C’est avant tout un appel à la paix, qui transparaît partout chez chaque artiste de ce genre. [Article Wikipedia]

 

 

Tigadrine : l’oasis dans notre désert de concerts

Le groupe s’est fondé en 2018, à partir de trois musiciens marocains (guitare, chant, batterie et danse) et enrichis de deux autres musiciens français pour la rythmique (basse et guitare). Depuis, ils égrènent tranquillement leur son résolument funk et groove dans la langue de leur origine, le Hassani sur la scène iséroise. On a pu les découvrir à Chambéry au warm-up du festival des Nuits de la roulotte, à la Source à Fontaine, au marché de Teissere Malherbe cet été 2020 ou encore plus récemment, en streaming avec EVE et l’UGA.

 

 
La musique de Tigadrine résonne en pleine crise sanitaire comme une oasis dans notre désert de concerts ouverts au public. « Tigadrine » est le nom d’une gamme musicale hassanique « qui touche les sentiments ». En effet, quand on écoute Tigadrine, c’est d’abord une instru : une rythmique cadencée, saupoudrée d’une mélodie recherchée autour des gammes diatoniques. Là-dessus, une voix profonde et solaire encouragée par un chœur sur les refrains. Vous voilà transporté.es. Ce qui ne peut que nous rafraîchir en ces temps difficiles …

Tigadrine a été sélectionné par la Cuvée Grenobloise 2021, et seront (normalement) en concert au Brise-Glace (Annecy) en Mai puis en Juin à Saint Martin D’hères. On leur souhaite plein d’autres projets et dates à venir… Et on attend, bien sûr, leur EP mi 2021. On a hâte.

 

________

► Interview radio Campus https://campusgrenoble.org/podcast/aperophonie-avec-tigadrine/

 

 

error: Contenu protégé !