Sunshine in Ohio, ça sonne un peu comme un prospectus promettant des vacances réussies dans un sunny state des États-Unis… Une promesse qui fait long feu lorsque l’on sait que le climat dans l’Ohio est … froid et pluvieux toute l’année et que mise à part le lac Erie (le plus pollué des lacs d’Amérique du Nord), il va falloir de l’imagination pour s’imaginer à la plage ! Plus sérieusement, Sunshine in Ohio c’est surtout un groupe grenoblois de Bluegrass dont le nom fait plutôt référence aux Appalaches tout proche de l’Ohio dont est originaire en partie ce style de musique typiquement américain. Let’s go to the countryside !

 

Entre bluegrass, murder ballads et working songs : bienvenue au cœur des USA

Petit retour historique sur la musique folk américaine pour préciser l’originalité du répertoire de cette joyeuse bande. Sunshine in Ohio se targue de naviguer entre bluegrass, murder ballads et autres working songs, et font ici référence à tout un pan de la musique américaine traditionnelle et plutôt rurale, particulièrement présente dans les grandes zones rurales entre Appalaches et Rocky Mountains.

Les Grenoblois sont ce que l’on appelle un string band (guitare, banjo, mandoline, contrebasse, violon et bien sûr voix). Le répertoire de ce type de formation est assez codifié avec des classiques et des thèmes qui tournent autour de la religion, du travail dans les champs, des histoires de brigands et d’amours malheureux avec en toile de fond son petit bout de patelin.

Pour se faire une idée du style vous pouvez écouter la Carter Family, Johnny Cash, The Foggy Mountain Boys, Osborne Brothers entre autres. Les bande-sons des films « O’Brother », « Inside Llewin Davis » ou encore « Alabama Monroe (the broken circle breakdown) » sont également d’excellentes introductions !

 

 

Sunshine in Ohio : le Hootenanny* grenoblois

On imagine le fossé culturel à franchir pour des musiciens français afin de s’approprier cette culture bien particulière avec ses codes, ses tournures musicales immuables, sans tomber dans la caricature d’une musique de cowboy ridicule…

La première grande qualité de Sunshine in Ohio, c’est déjà la très grande valeur et polyvalence de tous les musiciens, notamment au niveau vocal, ce qui est un peu la pierre d’achoppement de ce style où les voix harmonisées sont omni-présentes. Chacun amène sa patte avec générosité, certains membres possédant même des voix remarquables. Car oui, plutôt que de parler d’un groupe, on a plutôt ici à faire à une sorte de collectif où chacun peut venir et repartir en fonction de ses impératifs.

 

 

Si le groupe tourne autour de Johnny Sunshine (guitare et contrebasse) et Lorain Ohio (contrebasse), les configurations sont à géométrie variables, avec jusqu’à 6 ou 7 musiciens au banjo, mandoline, violoncelle, violon… En concert, le groupe pioche allègrement dans les grands classiques du répertoire folk-bluegrass que tous les musiciens de cette scène se doivent de connaître.

Au milieu de hits souvent méconnus par chez nous (« Will the Circle Be Unbroken », pierre angulaire du style), on retrouve également des titres plus actuels repris à la sauce Sunshine in Ohio, ou encore d’autres issus de films empruntant à cette culture comme « O’Brother » ou « Inside Llewin Davis » des frères Cohen dont les bande-sons ont bien contribué à mieux faire connaitre ce répertoire en Europe. La set-list navigue entre country, folk, jazz et gospel, avec même quelques compositions permettant au groupe de proposer suivant les concerts, les lieux et les musiciens présents, des titres différents ou avec d’autres arrangements.

 

Un groupe qui n’a pas peur de travailler du chapeau !

Voir Sunshine in Ohio en live, c’est l’assurance de n’avoir presque jamais le même concert, même si la mise en scène (partie intégrante de leur spectacle) peut se répéter un peu d’une représentation à l’autre. Celle-ci est malgré tout efficace, et permet en quelques secondes de se plonger dans ce monde si particulier.

Entre musique, théâtre et spectacle de rue, le groupe ne craint pas de jouer au fond d’une cave pour quelques étudiants en art, en pleine rue au milieu d’un marché, pour une fête familiale, voir même faire le tour des refuges de montagne autour de Grenoble en trainant ses instruments dans le dos. Dans la grande tradition du bluegrass, il s’agit avant tout de jouer n’importe où, avec tous ceux qui le souhaitent, pour au final rencontrer son public et faire tourner un chapeau de participation (ça tombe bien tous les membres de Sunshine in Ohio sont bien fournis à ce niveau!)

 

 

Le collectif n’a sorti qu’un EP à ce jour, mais son stakhanovisme sur les planches est exemplaire avec parfois quatre ou cinq concerts dans la même semaine ! Les projets de tournées et les différentes formations des membres fondateurs ne semblent pas inquiéter le groupe, qui projette de passer bientôt en studio pour fixer quelques compositions. Quoi qu’il arrive, vous pouvez compter sur eux pour passer en concert à un moment ou à un autre dans Grenoble ou aux alentours si ce n’est lors des soirées folks du Café Bayard, repère de toute une scène particulièrement attachante dont Sunshine in Ohio semble bien être une des locomotives !

 

*sur la scène folk traditionnelle des Etats-Unis, les Hootenanny sont des soirées micros ouverts où chacun peut venir chanter et jouer avec les autres musiciens souvent autour de titres classiques que tout le monde connait

 

 


 

Tu as aimé cet article ? N’hésites pas à nous faire un don pour que le webzine continue d’exister !
Faire un don ♥

 

 

error: Contenu protégé !