Le confinement et les restrictions sanitaires ont imposés l’arrêt des activités de la scène musicale de Grenoble et d’ailleurs, plongeant toute l’industrie de la musique au niveau national dans l’incertitude. Depuis le début de l’été, les évènements reprennent petit à petit… Ce retour aux affaires à petite échelle et avec de courts délais d’organisation privilégie les groupes locaux. L’occasion parfaite pour (re)découvrir quelques projets géniaux qui se sont montés à Grenoble. On fait donc le tour avec vous des différentes initiatives et rendez vous pour renouer avec le plaisir de la musique live !
 

Côté La Belle Électrique

Du côté de La Belle Électrique, il est, évidemment, impossible actuellement de reprendre dans les conditions classiques les concerts en intérieur. Mais… Ils ont tout de même repris, différemment, au milieu du mois de juin, sous la forme de sets en configuration réduite d’une heure, sur la terrasse du bar, avec des acteurs de la scène locale. Avec une programmation variée qui balaie des genres musicaux bien différents (électro-pop, jazz, rock, folk, …), entendre à nouveau de la musique live procure un bonheur simple mais bien réel.
 

arabella - concerts grenoble - ginguette electrique grenoble - scene locale rock grenoble

Le groupe Arabella qui flirte avec le public avec un peu de distance

Simultanément, la grande salle s’est vue tout de même vue investie par des groupes amateurs, invités le temps d’une demi-journée à travailler leur set sur scène, dans des conditions optimales. Ainsi, Nebraska Jones, Dirt Seventeen ou encore Mother Saturn ont pu bénéficier de ce dispositif.

La « Guinguette électrique », qui a pris place en extérieur tous les mercredis, jeudis et vendredis du mois de Juillet, accompagnée de foodtrucks et de DJ sets pour animer les soirées d’étés, marque aussi un retour considérable de la scène locale. Là encore, pas de discrimination de genres musicaux et des noms connus de la scène locale (Arabella, Bear’s Towers, Marthe, Blys, …) ont pu à nouveau goûté le plaisir de la scène … et nous avec !
 

Avec la Bobine

Au Parc Paul Mistral, si le bar de La Bobine avait réouvert depuis un moment déjà, les apéros concerts sont de nouveau au programme depuis le 11 juillet avec Avinavita. La salle annonce aussi petit à petit le report des dates du printemps dernier pour cet automne, avec l’espoir que les conditions sanitaires le permettent d’ici là. L’agenda se remplit donc à nouveau, doucement et sûrement … et tout le monde croise les doigts que que cela dure ! Prochain rendez-vous : J’Accuse, le 25 juillet.
 

le plaisir de voir à nouveau l’agenda de la Bob rempli !


 

Vue sur un Ciel plus dégagé

La salle du centre ville était déjà ouverte aux groupes en résidence de longues durées et aux projets de passage dans la grande salle. Elle a également organisé il y a quelques semaines l’un des premiers concerts en salle, avec du public, en jauge réduite. Là encore, la scène locale était à l’honneur, avec la venue d’un groupe grenoblois de rock psyché bien, ainsi qu’un duo lyonnais. En effet, Moonrite et Bess of Bedlam se sont produits le 4 juillet dernier, pour un premier test à taille réelle de la réalité des restrictions sanitaires en intérieur. On ne sait pas, pour l’instant, si l’expérience sera renouvelée.

Du moins, en intérieur… Car ces dernières semaines, le Ciel s’est amusé à investir l’extérieur, avec un premier événement le 17 Juillet dans les petits jardins de la montée à la Bastille proposant le double set live inédit des groupes Orcae et Dors chat, en résidence longue dans la salle. L’expérience sera renouvelée ce samedi 25 Juillet, en co-organisation avec le réseau Tempo et la Bobine : « Jardin secret » prendra place cette fois-ci au Jardin des Plantes avec une tripotée d’artistes locaux.

 

 

Le Prunier (encore plus) Sauvage

De son côté, le Prunier Sauvage s’est étendu dans le parc Bachelard avec son événement estival « Les eaux Jours du Parc des Arts », commencé le 8 Juillet, et courant jusqu’au 27 août, mixant ateliers et spectacles/gratuits en plein air pour le bonheur de tous : une vraie bouffé d’oxygène ! Organisé avec le réseau Tempo et la Ville de Grenoble, il permet à la scène locale de nous faire à nouveau plaisir…
 

Arash Sarkechik, les pieds dans l’herbe

 

Le Bauhaus, version intime

Le bar / café-concert grenoblois a aussi improvisé tout le mois de Juin et ce mois-ci, et plutôt avec brio, grâce à un concept né, celui du concert « à la carte ». Celui-ci permet à un artiste de la scène locale / groupe local de donner 15 petits live de dix minutes à un petit public (une à trois personnes) ayant réservé son créneau pour découvrir l’artiste. Plutôt pas mal, non ?

 

 

Sur les internets

L’industrie de la musique s’est adaptée, contrainte et forcée, au confinement imposé par le Covid, en trouvant de nouveaux moyens de diffusion. Rien ne remplacera jamais l’impact de la musique jouée sur scène devant un public, mais de beaux projets se montent toutefois dans l’agglomération pour proposer des alternatives au silence musical qui dure depuis mi-mars. Par exemple, nous avons pu apprécier les live de quatre groupes locaux sur la scène de l’Ilyade (Barefoot iano, Marthe, Aamiral, Cheyenne) courant Juillet, ou encore les nombreux live sessions réalisées spontanément sur les réseaux des groupes locaux eux-mêmes !

Malgré l’absence de festivals, cet été ne restera donc pas complètement silencieux. D’autres initiatives sont en cours aux quatre coins de la ville. Dans l’attente de certitudes pour la rentrée, les salles de Grenoble s’organisent pour proposer des évènements musicaux sous d’autres formes. Nous leur exprimons notre plus grande solidarité, et attendons avec impatience le retour de la saison 2020 dès, on l’espère, la rentrée… ♥

 

 


 

Tu as aimé cet article ? N’hésites pas à nous faire un don pour que le webzine continue d’exister !
Faire un don ♥

 

error: Contenu protégé !