Quatre groupes à l’affiche ce soir pour organiser la deuxième soirée « 100% post-rock » à l’Ampérage – celle de l’année dernière, à la même période, étant déjà été une réussite. Cette année, aux côtés de Vercors et Collapse (qui reviennent chacun avec un nouvel opus), jouera NohOï et Féroces, deux belles étoiles montantes du genre. Une soirée plutôt attendue après la sortie notamment de « The Sleep in me », le troisième album de Collapse, fruit d’un long travail perpétuant la tradition des morceaux émotifs du groupe.

 

nohoi-amperage

NohOï

La soirée débute avec NohOï (nom plutôt chelou) dont un grand écran sépare les deux musiciens sur scène pour laisser parler une série d’images totalement planantes sur leur musique. Celle-ci est plutôt très travaillée, et c’est avec un certain amour du détail que les deux hommes se donnent devant un public qui lui, reste pour le moment encore plutôt en retrait. Sans doute parce que le spectacle nous rend assez contemplatifs, mais en tout cas, les auditeurs restent statiques et bizarrement éloignés de la scène.

Mais bientôt le public ne tarde pas à se rapprocher, de façon progressive mais sûre. Le prochain groupe, Vercors, s’installe. Vercors vient de sortir son premier EP, nommé « I », il y a quelques semaines. Un groupe de post-rock grenoblois bien apprécié de la scène locale- et d’ailleurs-, qui a le don d’appeler ses chansons de façon remarquablement improbable (« Le bruit des cannettes »), et s’inscrit dans un genre massif plutôt efficace.

 

 
 

Voici quelques clichés du live de Vercors :

[huge_it_gallery id= »1″]
 

Après un show tout en finesse faits de longues instru, Féroces, se présentant comme un groupe ou « Personne ne chante, personne ne danse », prend place pour leur succéder. L’image se retrouve une nouvelle fois au cœur du spectacle avec un écran cette fois-ci exposé derrière le batteur. Normal, quand on sait que le cinéma est le fondement de leurs compos : la seule voix des titres, ce sont les dialogues de films percutants qui hypnotisent un peu la foule. Donc oui personne ne chante, mais pour la danse, quand on voit l’énergie qui les anime, on en est plus très loin…

 

feroces2      feroces

 

La salle est désormais bien pleine. Silencieusement, les membres de Collapse s’installent et démarrent le show promptement . Aucune intervention des musiciens viendra ponctuer le concert qui se fera dans la maîtrise, le calme et l’admiration. C’est également sans un mot que le show vient se clôturer. Parce que la musique se suffit à elle même ? En tout cas, malgré cette distance (sans doute désirée) avec son public, Collapse effectua ici une nouvelle démonstration de force avec sobriété, concentration et puissance.

 

[huge_it_gallery id= »2″]