En perpétuelle évolution depuis 2010, le groupe LMZG -alias Lamuzgueule- est allé semer sa bonne humeur dans toute la France et à l’étranger. De retour à Grenoble, nous les rencontrons à l’orée d’un nouvel album, Zoologic, qui risque bien de remuer vos instincts les plus sauvages.

Je les retrouve à La Bobine pour l’interview, lieu emblématique pour eux puisque l’association a participé à soutenir leur projet. Je suis accueillie par trois grands sourires : celui de Romain, Déborah et de Robin. Le groupe n’est pas au complet puisqu’ils sont cinq en temps normal. Mais l’échantillon présent est à l’image de leur musique : de la bonne humeur et des idées qui fusent, tous différents dans un ensemble harmonieux.

LMZG lamuzgueule inteview musicngre

De gauche à droite, Romain (Charlot Beretta), Deborah (Lizzie Ivy) et Robin(Goldwin Chester)

Une énergie positive à partager avec tous

En quelques mots, LMZG, c’est une déferlante d’énergie et de fraîcheur autour d’une musique électro swing mélangée à du funk et du Hip hop, et la liste n’est pas exhaustive. Sans tomber dans la simplicité ou la naïveté, ce qu’ils aiment c’est partager leur bonne humeur avec leur public. Ils insistent sur l’idée de lâcher prise qu’ils aiment provoquer chez lui lors des concert.

« Tu vois la personne qui est posée tout au fond, qui bouge pas et qui regarde les autres ? Notre réussite, c’est quand elle va finir par se lever pour danser. »

Et en général, ça marche. L’énergie et la convivialité du groupe est communicative, et il n’est jamais encore arrivé que le public ne soit pas réceptif. Ils me racontent avoir été confronté à beaucoup de publics différents: des enfants, des personnes de 70 ans, des trentenaires ou bien des allemands qui ne comprenaient rien à leurs paroles. Tous ont réussi à partager avec eux leur énergie. Des sourires, ils en ont récolté un paquet. Cette diversité est revendiquée par LMZG qui ne veut pas déterminer ou cibler son public. Comme ils le précisent en effet, « On ne se pose pas la question de par qui on est aimé. Notre public n’est pas déterminé, il est très hétéroclite. On aime quand les gens sont tous différents ! ».

Quand certains seront pris par le tempo fun et festif, d’autres seront attirés par les visuels, d’autres encore par les thématiques abordés dans les textes. En tout cas, comme ils l’affirment fièrement, « chacun peut trouver quelque chose à dévorer« .

 

 

Embarquez dans une « Electronic Time Machine »

LMZG lamuzgueule périodes artistiques inteview musicngreLMZG se définit comme une « Electronic time machine« , une machine électronique à remonter le temps. Leur musique est en effet un savoureux mélange d’époques et de styles. Allant du swing des années 20 au funk des 70’s en passant par le hip hop des années 80-90, l’ensemble reste cependant lié à une sauce électro pour garder un résultat contemporain. Ils vous proposent donc d’embarquer avec eux pour un voyage dans l’Histoire, avec arrêts sur les périodes les plus significatives pour eux selon leur identité, leurs goûts et ce qu’ils ont envie de partager. Le résultat est une sorte de témoignage de la mémoire collective qui permet de réunir tous les publics, peu importe les générations.

« Je me souviens d’une mamie au premier rang qui kiffait dès qu’on faisait des trucs swing. A la fin elle est venu nous remercier parce qu’elle avait retrouvé ses jambes de 20 ans. »

Cette notion de temps n’est pas visible uniquement dans leurs morceaux. En regardant un panel de leurs clips, on remarque que le groupe évolue beaucoup, tout en gardant son identité.
Les membres du groupe m’expliquent qu’ils ont investigué plusieurs périodes artistiques. Une première période très années folles, dans les débuts, avec des costumes d’époque mêlés au style steampunk (Voir Les voleurs de cœur), puis ils sont passées à une explosion de couleurs avant de traverser une période de total look blanc (Voir Fauves).  Aujourd’hui, avec le nouvel album Zoologic dont la sortie est prévue pour le 25 septembre prochain, c’est un look très jaune peps et safari qui s’installe de manière assumée, comme nous pouvons le voir à travers le clip Zoologic.  D’autres clips suivront comme amuses gueules avant de pouvoir dévorer l’album. Vous l’aurez compris, le visuel est aussi travaillé que le son, avec une adéquation fond-forme assez forte, qui fait du projet LMZG une œuvre assez totale et complète.

LMZG lamuzgueule nouvel album zoologic inteview musicngre

La suite du voyage

Après avoir conquis d’autres fauves en France et à l’étranger, notamment en Allemagne, LMZG va faire voyager les participants du fantastique festival Boom Town en Angleterre.

Même si le groupe s’amuse à secouer les foules par-delà nos frontières, Grenoble reste pour lui un véritable port d’attache. Il n’y à qu’à voir la présence de notre ville au sein de leurs clips, dans lesquels ils aiment en parcourir les ruelles inlassablement.

Heureusement qu’ils reviennent au bercail d’ailleurs, parce que nos mamies ont sûrement envie de retrouver leur jeunesse le temps d’un concert, et nous de la conserver. Le groupe repart aujourd’hui à la conquête de son public rhône-alpin: fauves grenoblois, réveillez-vous!

 

Retrouvez LMZG sur: