Après sa pause estivale, l’association grenobloise de lutte pour la diffusion des musiques urbaines et électroniques, Base Art, débute sa deuxième année d’existence avec le lancement du tout premier Open Mic de la saison.

Il est 17 heures, mercredi 13 septembre, et les bénévoles de Base Art (à prononcer « bazar ») s’activent déjà pour préparer la rentrée des soirées Open Mic et Jam session après une pause estivale bien méritée. Au programme : démontage de la scène de l’Ampérage pour faire place à un espace dédié aux artistes de tous bords à même le sol.
 

L’open mic : encourager les jeunes artistes

L’objectif est de rendre la scène plus accessible à tous ceux qui voudraient s’essayer à poser un ou deux textes sur fond de Hip Hop, ou même un riff de guitare à l’improviste.

Cette configuration « fluidifie l’accès à la scène. Du coup, l’appréhension est différente », explique Angie, présidente de l’association.

Car si les soirées Base Art existent, c’est bien pour permettre aux « petits artistes » locaux de s’exprimer, d’expérimenter la scène et même de se faire remarquer.

Soirée Open Mic et Jam session le 13 septembre 2017. ©Auriane Poillet

Chaque premier mercredi du mois, l’Ampérage grouille d’artistes issus du collectif Wazacrew, d’habitués, de petits nouveaux et de quelques curieux. Un melting-pot bienheureux qui rend l’ambiance chaleureuse, presque familiale, et qui donne l’impression que tout le monde se connaît.

Et ce climat règne aussi au sein de l’association. Douze bénévoles font partie du conseil d’administration et environ trente autres gravitent autour. Chacun apporte sa façon de faire, mais tous doivent acquérir les mêmes compétences, que ce soit en régie, en accueil des artistes ou en billetterie.

« On part du principe que personne dans l’association n’est irremplaçable. Alors on transmet, on partage, on reçoit. On continue à se former et à former les autres », assure Angie. « C’est un gros bazar, mais c’est un bazar qui fonctionne ».

Soirée Open Mic et Jam session le 13 septembre 2017. ©Auriane Poillet

Base Art : un an de vie et d’énergie

Beaucoup se sont connu au sein du Wazacrew : « c’est notre histoire, notre éthique », selon Angie. C’est d’ailleurs ce collectif qui avait commencé à mettre en place des soirées Open Mic et Jam session, il y a sept ans.

Au fur et à mesure, des passionnés se sont greffés au projet. Puis, l’idée de créer Base Art a émergé dans le but de dédier une association à part entière pour promouvoir la scène locale et accompagner les artistes qui débutent.

Soirée Open Mic et Jam session le 13 septembre 2017. ©Auriane Poillet

Une année s’est écoulée depuis la création de l’association, en juin 2016. En plus des soirées Open Mic et Jam session, « on a lancé le tremplin Check le Mic et le festival Full Base Art », rappelle Zoé. « Pour une première c’était risqué, mais ça l’a fait : nos efforts ont été récompensés », ajoute Angie, satisfaite.

De quoi être motivés en cette rentrée bien chargée. Elle a commencé avec la première des soirées Base Art. Puis, les bénévoles ont enchaîné avec la troisième édition de la Full Base Art trois jours après.

Et ils ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Début novembre aura lieu le festival Hip Hop Demain c’est bien, coorganisé avec l’association grenobloise Mix’Arts, et début 2018, les jeunes artistes grenoblois pourront tenter de remporter le tremplin Check le Mic !